Les soft skills du Product Manager

Le
9 mars 2021

Quelles sont-elles et pourquoi sont-elles indispensables à la réussite de son activité ? Nous vous livrons les meilleurs témoignages sur le sujet, “Action !”.

“Soft skills for Product Managers”

par Brant Cooper, CEO et fondateur de “Mooves the Needle”

“Soft skills for Product Managers” par Brant Cooper, CEO et fondateur de “Mooves the Needle”

Brant Cooper prend la parole pour souligner les compétences personnelles qu’un bon Product Manager doit détenir. Il en donne trois principales :

  • Être empathique : cette qualité est essentielle pour comprendre ses utilisateurs, c’est-à-dire leurs besoins et leurs désirs.
  • Accepter l’échec : un Product Manager doit tester en permanence. Il dégage des hypothèses pour expérimenter et l’aider à prendre des décisions. Dans cette perspective, des tests pourront échouer. Pour autant, échouer régulièrement permet de réduire le risque d’échec sur le moyen ou long-terme.

Admettre l’erreur : admettre que l’on s’est trompé(e) permet d’éviter les biais et invite à se concentrer sur des faits tangibles démontrés par des preuves concrètes.

“Making of a great Product Manager”

par Julia Austin, conférencière à la Harvard Business School

Pendant la première partie de cette interview, Julia Austin décrit, en se fondant sur ses expériences passées, les qualités centrales du Product Manager :

  • Faire preuve d’intelligence émotionnelle pour travailler avec l’ensemble des parties prenantes à la construction du produit.
  • Avoir une volonté forte et être empathique.
  • S’adapter car construire un produit n’est pas un processus linéaire et les priorités peuvent changer. Il faut savoir modifier le cap et diverger si les hypothèses définies préalablement sont incorrectes.
  • Etc.

“The 3 core skills sets PMs need to succeed”

par Jonathan Lewis, Product Manager chez Twitter

Jonathan Lewis retient trois soft skills essentielles :

  • Faire preuve de leadership : cette qualité est centrale pour définir la direction produit, mais également pour travailler avec les parties prenantes et comprendre l’équipe de réalisation.
  • Exécuter : gérer la progression quotidienne du produit, définir un but et s’appuyer sur des compétences analytiques.
  • Développer son sens produit : comprendre un environnement produit complexe, définir le produit ainsi que ses caractéristiques principales.

“What I look for when I hire a Product Manager?”

par Angeli Jain, Director of Product Management chez YouTube (anciennement Lead Product chez Airbnb)

Dans cette vidéo, Angeli Jain évoque les valeurs et compétences fondamentales qu’elle souhaite retrouver chez un bon Product Manager :

  • Porter la vision : pour cela, le Product Manager fait preuve de créativité, il sait communiquer et réfléchir sur le long-terme.
  • Structurer sa pensée : le Product manager possède des qualités d’analyse et des compétences stratégiques. Il sait communiquer, prioriser et donner le cap.
  • Leadership et collaboration : mener les équipes et leur donner du sens est essentiel pour la fonction de Product Manager. Ce dernier donne la vision et raconte l’histoire du produit. Étant propriétaire du produit, il sait faire face à ses responsabilités et faire preuve de sang froid.

Exécution et responsabilité : le Product Manager est chargé de l’avancement quotidien du produit. En ce sens, un bon profil détient souvent des compétences organisationnelles. Il sait dialoguer, convaincre et orienter les principaux décideurs.

“The art of saying no”

par Mina Radhakrishnan

Dans ce témoignage, Mina Radhakrishnan se concentre sur une soft skill primordiale : savoir dire non. Or, ce n’est pas toujours évident de répondre par la négative car le Product Manager travaille avec différentes streams ou départements :

  • Au moment de la priorisation du backlog, les parties prenantes peuvent avoir des demandes. Il appartient au Product Manager de dire non. Pour autant, il est nécessaire de se justifier (rappeler les objectifs, les délais, les solutions et les KPIs).
  • La priorisation doit aussi être réalisée au regard des objectifs de l’entreprise. Il est ainsi plus facile de refuser une demande si celle-ci ne s’inscrit pas dans les objectifs stratégiques de l’organisation.
  • Il est recommandé d’écouter et de comprendre les besoins de ses interlocuteurs. Ces derniers peuvent proposer des solutions pour résoudre leur problème sans pour autant modifier la priorisation.
  • Enfin, trouver un terrain d’entente est conseillé avant de refuser toute demande.

Retour sur notre blog

A voir aussi

4 raisons de se former au Product Management

Comment bien définir sa vision produit ?

Product Owner vs. Product Manager : Quelles différences?